vendredi 5 octobre 2012

Donnez vie à vos personnages : la technique de la « voiture-histoire »

Une main déplace une voiture miniature rouge.
Améliorer vos personnages.

Les personnes cornaquent l’histoire et non l’inverse.

Si je vous dis Harry Potter, quelle est la première chose qui vous vient à l’esprit ? Même chose pour Malcolm, Le Petit Nicolas ou Les Aventures de Tintin.

Les protagonistes des œuvres susnommés ont tous UN point commun : avoir marqué des générations entières.

Qui n’a jamais ri des joutes verbales du capitaine Haddock ?

À ce propos, d’après vous, pourquoi Mr. Bean, le personnage campé par Rowan Atkinson, est-il plus populaire que son interprète ? Serait-ce le résultat de la bonne vieille loi d’attraction ou d’une caractérisation réussie ?

Katie Axelson, une écrivaine américaine, s’interroge dans un article sur la façon de rendre des personnages consistants et imprévisibles. Séance traduction !

Comment laisser vos personnages conduire votre histoire ?


J’apprécie la description de Anne Lamott, concernant l’écriture. Elle a affirmé :

« L’écriture s’apparente à la conduite de nuit, phares allumés ; votre champ de vision est limité. »

Planifiez-vous votre roman dans l’ensemble, avant l’écriture, ou conduisez-vous dans le noir, à la manière de Anne Lamott ?

Serait-ce possible de réunir les deux approches ?

Je ne planifie pas mes intrigues. Et quand j’essaye de le faire, je me retrouve avec des phrases complètes qui se transforment en paragraphes, une fois les puces supprimées.

Cela ne m’empêche guère de suivre une ligne directrice, en ayant une vague idée du canevas. Je sais que mon histoire va d’un point A à un point B, mais je laisse les personnages emprunter la meilleure route pour y arriver. C'est seulement alors que les choses deviennent amusantes.

Voici mes deux étapes pour suivre une trame prédéfinie, tout en m’octroyant une liberté d’improvisation bienvenue.

1. Laissez votre protagoniste conduire


Lorsque vous laissez vos personnages conduire, vous ne pouvez pas voir au-delà des phares. Les personnages aiment explorer des territoires inconnus où surviennent des situations à la fois inattendues et plaisantes. Dans ce cas, la voiture se détourne de son trajet initial, s’égarant, traversant des avenues que vous n'aviez pas considérées.

Le véhicule finit dans un fossé, lorsque le personnage est persuadé que son chemin est meilleur que le vôtre. Quand elle manque sa destination, la voiture fait demi-tour. En fin de compte, l’entité histoire-voiture se stationne dans un parking qui peut correspondre ou ne pas correspondre au point B de votre histoire.

2. Faites que votre personnage s’asseye dans le siège passager


Laisser vos personnages piloter tous les processus, de l'écriture à la publication de votre œuvre, mènera à un voyage, un parcours plus long que nécessaire. À un certain moment, vous devrez regagner le contrôle du volant. Cela fait, révisez puis ajustez l’ensemble.

À vous de jouer


Les insultes d'Archibald Haddock, un capitaine de fiction et l'un des personnages principaux de la série de bande dessinée, Les Aventures de Tintin, créée par Hergé.
Mille millions de tonnerres de Brest !

Pendant quinze minutes, écrivez à propos d'un groupe de personnes dans une voiture, la nuit, quand quelque chose d’inattendu se produit. Ne prévoyez pas la direction de votre texte, laissez les personnages vous y conduire. Partagez-le ici.

N’oubliez pas aussi de commenter les autres messages. Essayez de développer votre avis, en signalant quel aspect vous a le plus plu, et un élément que vous avez moins apprécié.

Bref, lâchez-vous !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Cet article vous a-t-il plu ? Commentez-le !

Merci aussi de le partager sur Twitter, Facebook ou dans Google+, en cliquant sur les boutons ci-dessus. Si vous l'avez trouvé intéressant, bien sûr !