vendredi 23 novembre 2012

La technique pour transformer vos romans en livre à succès – Partie 2

Publier un best-seller.

La semaine dernière, nous avons quelques conseils pour écrire un best-seller.

Aujourd’hui, je vous propose la suite de l’article originel.

Bonne lecture !

Principes d’un best-seller


8. Des dialogues justes


Un conseil pour évaluer la justesse de vos dialogues : lisez vos textes à haute voix. C’est le meilleur moyen de déceler les maladresses.

9. Faire appel au sens des lecteurs


Afin d’impliquer le lecteur davantage, stimulez ses sens. Par exemple, toutes les dix pages, essayez de décrire une odeur, une sensation, un bruit ou un goût particulier ; votre livre n’en sera que plus vivant, spontanée.

10. Utiliser le verbe « dire »


J’ai remarqué la réticence des écrivains débutants à utiliser le verbe « dire » en faveur d’autres verbes de dialogue. Parmi eux, « ordonner », « remarquer », « prononcer », « lancer », etc. Peut-être qu'ils craignent, dans le premier cas, les répétitions. Cependant, employer des synonymes est pire. Les meilleurs auteurs utilisent presque exclusivement le verbe « dire », laissant au dialogue le soin de transmettre le sens.

Exemple : « “Sors d'ici, maintenant !”, ordonna-t-il. » Préférez « “Sors d'ici, maintenant !”, dit-il. »

Ordonner me paraît redondant. Dans tous les cas, il est évident que la réplique se veut un ordre. Quand les lecteurs lisent « dit-il », leurs yeux se reposent à peine sur l'incise qui passe presque inaperçue. C'est l'effet escompté ! Or, les synonymes du verbe « dire » tels que « remarquer » perturbent le flux de lecture puisqu’ils ressortent plus que la réplique elle-même, ce que vous ne désirez pas. C'est pourquoi bon nombre d’écrivains n'utilisent même pas « demande-t-il » pour une question. Mais, plutôt « “Où est-il”, dit-il ».

11. Ne pas commencer à…


Par pitié, évitez que vos personnages « commencent à faire quelque chose », « essayent de faire quelque chose », et ainsi de suite. Qu’ils aient juste à le faire. Et c’est plié ! Exemple : « Marie commença à se diriger au coin de la rue. » Maintenant, rectifiez par « Marie se dirigea au coin de la rue. »

12. Éviter « alors que »


Renoncez aux phrases, reposant sur les propositions subordonnées conjonctives comme « Marie alluma la télévision alors qu’elle pensa à Joe. » J’ai un faible pour : « Marie alluma la télévision, pensant à Joe. » Ou, mieux encore, « Mary alluma la télévision et pensa à Joe. »

13. Faire réagir les personnages


Imaginons qu’une situation inhabituelle arrive à votre protagoniste, il doit réagir, répondre. Les aspirants écrivains oublient souvent de décrire les réactions des personnages avant de poursuivre l'intrigue, les rabaissant à de simples marionnettes.

14. Mettre une virgule ou pas de virgule ?


Devant un relatif, la virgule ne s'emploie pas si la proposition relative ajoute à son antécédent une détermination indispensable : « J'aime les chiens qui aboient. »

Mais, la virgule est nécessaire si la proposition relative se détache nettement OU si l'on veut marquer que le relatif ne s'applique pas
au dernier mot : « J'aime les bergers allemands, qui ont un pelage dense, une robe fauve et des oreilles droites. »

Le plan à suivre pour écrire un best-seller


  1. Acheter un magazine National Geographic. Le parcourir et sélectionner un lieu. Regarder les photos pour vous aider à faire des descriptions vivantes.
  2. De préférence, votre roman doit mettre en scène deux personnages principaux C1 et C2 (un homme et une femme) et deux personnages secondaires C3 et C4 (aussi, un homme et une femme). C1 devrait tomber amoureux de C2 au cours du livre, ou, s'il est déjà amoureux, leur amour devrait se renforcer. Un jeu de séduction discret devrait également exister entre C1 et C4 pour faire grimper la tension. Le protagoniste C1 doit posséder une compétence spéciale qui l’aidera (lui ou elle) à surmonter les obstacles de la trame principale.
  3. À un certain moment dans le livre, C1 et C2 doivent exprimer physiquement leur relation, en se tenant la main ou s'embrassant.
  4. Un enjeu important, basé sur une condition de vie ou de mort doit ressortir clairement.
  5. La situation dangereuse doit être atténuée à un certain moment dans le livre, mais revenir tôt ou tard afin de hanter de plus belle les personnages.
  6. Éviter les longues descriptions qui ralentissent le rythme. Rédiger des paragraphes qui ne dépassent pas les cinq phrases. (Vous pourrez lever cette
    interdiction par la suite, lorsque vous le jugerez nécessaire.)
  7. Commencer votre livre avec un événement qui retient l'attention du lecteur. Soigner la première phrase de votre incipit.
  8. Ne pas utiliser d’analepses. Elles brisent le rythme.
  9. Ne jamais soumettre un travail sans s’être fait relire par plusieurs personnes.

Faut-il suivre toutes ces règles ?


Photo de Raison et Sentiments, un film américano-britannique d’Ang Lee sorti en 1995, sur un scénario d'Emma Thompson adapté du roman éponyme de Jane Austen.
Un peu de sensibilité dans un monde de brutes !

Ma réponse. Non ! L’écriture va au-delà des considérations financières et pourtant, le rêve des milliers d’aspirants écrivains est de vivre de leur art.
Certes, l’intention est louable, pensez-vous dans ce cas la nécessité de fournir un livre formaté ?

L’écriture, c’est avant tout de la sensibilité, de la prise de risque et il vaut mieux, à mon avis, imposer son style plutôt que de céder
aux sirènes du conformisme.

Retenez ce que vous désirez de ce cycle. Les Anglo-saxons ont une culture du succès très particulière et j’espère que ce voyage non exhaustif s’est révélé
enrichissant.

Bien à vous ! ;)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Cet article vous a-t-il plu ? Commentez-le !

Merci aussi de le partager sur Twitter, Facebook ou dans Google+, en cliquant sur les boutons ci-dessus. Si vous l'avez trouvé intéressant, bien sûr !